Soutenances de thèse


Vlad Gross soutiendra sa thèse intitulée "Official business: accounting for interest group influence in EU. Commission policy-making" le 26 octobre 2015 à 14 h 30. Le jury est composé de Renaud Dehousse, Sciences Po, CEE (directeur de recherche), Hussein Kassim, University of East Anglia (rapporteur), Anne Rasmussen, University of Copenhagen (rapporteure), Yves Surel, Université Panthéon-Assas, Paris II, Cornelia Woll, Sciences Po, CEE



Interview de Francesca Artioli par OxPo sur sa thèse

Artioli_2015Francesca Artioli, a recent PhD graduate from Sciences Po, talked to us about her dissertation, which concerns the departure of armies from several European cities. Francesca will continue her research into public policy and cities through OxPo, a research partnership between Sciences Po and Oxford established over ten years ago.

Sciences Po: Through your dissertation, which concerns the departure of armies from several European cities, you investigated factors that strongly influence urban development. Can you tell us about them?

Francesca Artioli: Through studying the retrenchment of armed forces in cities and urban policies, I was interested in the restructuring of the nation state as a territorial political system, and in the relations between central and local governments. We know from historians that military policies have structured urban spaces and societies; they have created specific urban forms (garrison cities, port cities, border cities, etc.) that are understood in relation to the existence of an organizing centre – the state – and a bounded territory. My PhD dissertation aimed to understand what has happened to these relations between the state and cities in Europe since the late 1980s, under the effect of changes in both military policies – end of the Cold War, end of conscription – and urban polices (decentralization).

Sciences Po: What major trends were you able to identify?

Francesca Artioli: My research involved a comparative study of six French and Italian cities, based on interviews and archival research I conducted in Paris, Metz, Toulon, Rome, Udine and Taranto. I found that the territorial retrenchment of armed forces follows similar patterns in Italy and France, in its relation to policies for the reduction of state deficits. Urban policies in each country are also similar. In this respect, it appeared that there are forms of international convergence at the national and sub-national levels. To give an example, Taranto and Toulon, being port cities, have developed similar projects for waterfront reconversion, inspired by global policy models conceived as “best practices”.

Sciences Po: Does this mean that a universal model tends to prevail?

Francesca Artioli: Not exactly. My research showed that there are significant differences in the relations between central and local governments in France and in Italy. In Italy, central policies mainly aim to reduce public expenditure and do not provide incentives for cities, whose financial resources are also very limited. As a result, urban projects are difficult to implement and failures are frequent. In France, however, cities are better off financially and their capacity is strengthened by national policies that still allocate resources to sub-national governments in compensation for defence retrenchment. These differences have substantial consequences for the cities’ future.

Sciences Po: Does this mean that relations between cities and states are a decisive factor in the development of public policies?

Francesca Artioli: Absolutely! What I have demonstrated in the defence sector is not unique. A wide range of policy sectors such as justice, healthcare, education, transportation, etc. are affected by similar processes. Newspapers often report the closure of certain public infrastructure, which elicits protest from local actors concerned about employment shrinkage, brownfield redevelopment and the political issue of maintaining the state’s presence throughout the territory. In addition, reforms designed to reduce state deficits put new constraints on local governments’ resources and expenditure. But, in parallel, the elaboration of local development projects and more flexible policy-making processes have been promoted. The combination of these different trends raises concerns about their impact, in terms of the differentiation of local capacity from one place to another, and of the development of sub-national inequalities.

Sciences Po: Why did you choose to apply for the post-doctoral fellowship offered by OxPo?

Francesca Artioli: This programme offers the opportunity to spend a year as a post-doc at Oxford and to benefit from its remarkable research centres and academic community. More precisely, I applied for two reasons. First, I am currently preparing my PhD dissertation for publication. This stay will let me discuss my publication plans with Oxford researchers who are interested in public sector reforms and the study of state through its policies and territories. I hope to develop the theoretical and analytical side of my work with the benefit of Oxford research. Second, I am looking to undertake new research into information and communication technologies (ICTs) and the government of cities. Being at Oxford will help me build my research project by engaging with researchers who work on the linkages between ICTs and government, and on how ICTs restructure practices and institutions in the management and delivery of public services.

Sciences Po: Are you going to tackle the key issue of smart cities?

Francesca Artioli: To some extent, yes. The term “smart cities” is generally used in reference to an ideal model of urban development, in which ICTs deal with the shrinkage of natural resources and enhance resource management, while ensuring sustained economic development and enabling new forms of political participation for citizens. However, the diffusion of ICTs in cities not only transforms urban ways of living, but also implies that a new group of trans-national operators in the ICT sector are entering into the production of urban fabric and services on a large scale. This movement raises new questions for urban policies. It affects existing governance arrangements, challenges the existing regulation of several policy sectors, and creates new hierarchies and inequalities between both territories and groups. Despite the huge success of this “smart city” model in both the media and politics, the effects of new ICT-related actors and services on “traditional” local policies and politics are as yet little known. This is a question that I will address at Oxford.

Related links
Learn more about OxPo, a research partnership between Oxford and Sciences Po.
Learn more about the Sciences Po Doctoral School



La commande publique d’enquêtes d’opinion

Colloque organisé par le groupe de projet de projet de l’AFSP PopAct « Opinion publique & Action publique » et le Laboratoire Interdisciplinaire d’Evaluation des Politiques Publiques de Sciences Po avec le soutien de l’UMR PACTE, de Sciences Po Grenoble et du Centre d’études européennes de Sciences Po, 19-20 octobre 2015, Sciences Po, Paris.

Responsables scientifiques : Céline Belot (Sciences Po Grenoble, PACTE, CNRS), Laurie Boussaguet (Université de Rouen et Sciences Po, CEE), Frédéric Gonthier (Sciences Po Grenoble, PACTE) et Charlotte Halpern (Sciences Po, CEE).

Pour en savoir plus

Inscription en ligne


Inauguration de l'École urbaine de Sciences Po


Anne Hidalgo, maire de Paris et Fernando Haddad maire de São Paulo étaient à Sciences Po pour l'inauguration de l'École urbaine jeudi 24 septembre 2015.

Dirigée par Patrick Le Galès (Sciences Po, CEE, CNRS), la nouvelle École urbaine se donne pour mission de former ceux qui agiront sur la Cité. Dans un monde en voie de globalisation, où les territoires se recomposent pour donner naissance à de nouvelles planètes urbaines, les villes concentrent activités économiques, start-ups innovantes, grands événements, services en réseau mais aussi tensions sociales, inégalités face au logement et risques environnementaux. Autant d’enjeux cruciaux qui appellent à renouveler les politiques d’intervention urbaine.

L’École urbaine entend aller au-delà des références traditionnelles de l’urbanisme. Ni école d’architecture, ni école d’ingénieurs ou de commerce, elle forme des spécialistes de la fabrique des politiques publiques urbaines et territoriales. Ces profils nouveaux seront capables non seulement de concilier les initiatives privées (entreprises, associations) et les initiatives publiques, de gérer des conflits territoriaux mais aussi d’organiser les lieux et les liens afin de maximiser les interactions entre l’économique et le social. Cette nouvelle culture professionnelle doit participer à la réinvention de la ville.

Formation singulière dans le paysage international des urban schools, l’Ecole urbaine a pour objet les dynamiques d’urbanisation, les transformations des villes et les questions politiques que posent les villes. S’appuyant sur les travaux issus du programme de recherche "Cities are back in town", elle adopte une approche comparatiste et pluridisciplinaire pour comprendre les modèles urbains en mobilisant l’ensemble des sciences sociales. Parmi les enseignements, une place importante est accordée à la méthodologie (cartographie, statistiques, démographie, enquêtes qualitatives, analyse de sources, etc.) et aux méthodes quantitatives. Au cours de leur cursus, les élèves ont la possibilité de se spécialiser sur certaines régions (Europe, Afrique, Asie, Moyen-Orient, etc.) et sur des domaines variés (développement économique, inégalités et politiques sociales, ville durable et infrastructures, aménagement et questions foncières, risques urbain). La mise en situation professionnelle est primordiale dans le dispositif pédagogique. Dans le cadre de projets collectifs, les élèves travaillent en groupe pendant plusieurs mois sur commande d’un organisme partenaire et sont ainsi préparés de manière originale à la vie professionnelle.

Au sortir de leur formation, les diplômés occupent des postes divers dans le secteur public, les entreprises privées, les organismes semi-publics, les associations. Ils peuvent être amenés à travailler dans des cabinets de maire, des sociétés de promotion immobilière, des organismes de logement sociaux, des bureaux d’études, des organismes internationaux, des cabinets de consultants, etc.

L’École urbaine propose quatre programmes de formation initiale : le masters Stratégies territoriales et urbaines, le double diplôme Urban Policy (avec la London School of Economics), le master Governing the Large Metropolis et le programme en un an, Cycle d’urbanisme. Elle offre aussi des formations destinées aux professionnels souhaitant une spécialisation de haut niveau avec l’executive master Gouvernance métropolitaine.

Pour en savoir plus sur l École urbaine

Regarder l'inauguration en streaming


Party Position, Salience and Political Outcomes

OXPO and LIEPP Workshop - October 16, 2015 at Sciences Po, Room H206,  28 rue des Saints-Pères, 75007, Paris

Please find the programme here


Jeunes docteur-e-s

kostelkaFilip Kostelka a soutenu sa thèse, intitulée To Mobilise and Demobilise: The Puzzling Decline of Voter Turnout in Post-Communist Democracies, le 21 septembre 2015. Le jury était composé de Nonna Mayer, Sciences Po, CEE, CNRS (directrice de recherche), André Blais, Université de Montréal (rapporteur), Jean-Yves Dormagen, Université de Montpellier, Mark N. Franklin, Trinity College Connecticut, Hans-Dieter Klingemann, Wissenschaftszentrum Berlin für Sozialforschung, Milada A. Vachudova, University of North Carolina at Chapel Hill (rapporteure)



SpaiserOlga A. Spaiser a soutenu sa thèse intitulée Exersing influence in challenging geopolitical environment: The EU's 'Far Neighborhood' Policy in Central Asia, le 21 septembre 2015. Le jury était composé de Zaki Laïdi, Sciences Po, CEE (directeur de recherche), Bayram Balci, Sciences Po, CERI, CNRS, Mohammad-Reza Djalili, Institut de hautes études internationales et du développement (rapporteur), Jean-Jacques Roche, Université Panthéon-Assas - Paris II



Aguilera_Thomas_2015Thomas Aguilera a soutenu sa thèse, intitulée Gouverner les illégalismes urbains. Les politiques publiques face aux squats et aux bidonvilles dans les régions de Paris et de Madrid, le 22 juin 2015. Le jury était composé de Marc Bernardot (Université Aix Marseille, LAMES), Marisol Garcia (Université de Barcelone), Pierre Lascoumes (Sciences Po, CEE, CNRS), Patrick Le Galès, directeur de recherche, (Sciences Po, CEE, CNRS), Jacques de Maillard (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), Cécile Péchu (Institut d’Études Politiques et Internationales, Université de Lausanne, Geopolis). Il a reçu les félicitations du jury



Francesca Artioli a soutenu sa thèse intitulée "L’armée, les villes, l’État. Restructurations militaires et politiques urbaines : les transformations de l’intégration territoriale en France et en Italie" le 12 décembre 2014 à Sciences Po. Son jury était composé de Yves Déloye, Anne-Cécile Douillet, Jean Joana, Renaud Epstein, Patrick Le Galès, Sciences Po, CEE, CNRS (Directeur de recherche), Carlo Trigilia.



Garcia_Nuria_Nuria Garcia a soutenu sa thèse intitulée "Peut-on gouverner les langues ? L’institutionnalisation et la transformation de la politique d’enseignement des langues étrangères en France, en Allemagne et au Luxembourg" le 8 décembre 2014 à Sciences Po. Son jury était composé de Linda Cardinal, Chaire de recherche Francophonie et politiques publiques, Université d'Ottawa, École d'études politiques, Yves Déloye, IEP de Bordeaux, Centre Émile Durkheim, Peter A. Kraus, Universität Augsburg, Institut d'études canadiennes, Pascale Laborier, Université Paris Ouest - Nanterre La Défense, Institut des Sciences sociales du Politique, Pierre Muller, Sciences Po, CEE, CNRS, (Directeur de recherche), Agnès Van Zanten, Sciences Po, OSC, CNRS.


Antoine Jardin a soutenu sa thèse intitulée "Voter dans les quartiers populaires : dynamiques électorales comparées des agglomérations de Paris, Madrid et Birmingham" le 5 décembre 2014 à Sciences Po, salle François Goguel, 56 rue des Saints-Pères, Paris 7e. Son jury était composé de Pierre Bréchon, Michel Kokoreff, Nonna Mayer, Sciences Po, CEE, CNRS (directeur de recherche), Laura Morales, Marco Oberti (directeur de recherche)

Teona Giuashvili a soutenu sa thèse intitulée "Étude des stratégies sécuritaires de l'UE et de la Russie relatives à leur « voisinage commun » : le cas de la Géorgie" le 5 décembre 2014 à Sciences Po. Son jury était composé de Anne-Marie Le Gloannec, Sciences Po, CERI (directeur de recherche), Hanns Maull, German Institute for International and Security Affairs - SWP, Ghia Nodia, Anne de Tinguy


InfantinoFederica Infantino a soutenu sa thèse intitulée "Bordering Europe Abroad : Schengen Visa Policy Implementation in Morocco and Transnational Policy-Making from Bellow" le 24 novembre 2014 à 10 heures, à l'Institut de sociologie, Bruxelles. Son jury était composé de Didier Bigo, Sciences Po, CERI, Evelyn Brodkin, Université de Chicago, Jean-Michel de Waele, Université Libre de Bruxelles (directeur de thèse), Virginie Guiraudon, Sciences Po, CEE, CNRS (directeur de thèse), Dirk Jacobs, Université Libre de Bruxelles, Marco Martiniello, Institut Universitaire Européen, Florence.



Persico_2014Simon Persico a soutenu sa thèse intitulée "Un clivage, des enjeux : étude comparée de la réaction des grands partis de gouvernement face à l’écologie" le 13 novembre 2014 à 9 heures à Sciences Po. Son jury était composé de Florence Faucher, Sciences Po, CEE, Jacques Gerstlé, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Florence Haegel, Sciences Po, CEE (directeur de thèse), Hanspeter Kriesi, Institut Universitaire Européen, FLorence, Robert Ladrech, Keele University, Antoine Roger, Institut d'Études politiques de Bordeaux.


de_paula_domingos_nicole_Nicole de Paula Domingos a soutenu sa thèse intitulée : Le Brésil comme partenaire stratégique de l'UE : une préférence partagée pour le multilatéralisme ? le 16 octobre 2014 à Sciences Po. Son jury était composé de Ana Flavia Barros-Platiau? Universidade de Brasília, (directrice de recherche), Frédéric Charillon, Université d'Auvergne, Georges Couffignal, Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3, Zaki Laïdi, Sciences Po, CEE (directeur de recherche).


Charpenel_Photo_didentitMarion Charpenel a soutenu sa thèse intitulée : "Le privé est politique !" : sociologie des mémoires féministes en France le 9 octobre 2014 à Sciences Po. Son jury de thèse était composé de Catherine Achin, UPEC, LARGOTEC, Florence Haegel, Sciences Po, CEE, Marie-Claire Lavabre, (directrice de recherche), Université Paris Ouest Nanterre La Défense, ISP, CNRS, Lilian Mathieu, ENS de Lyon, CNRS, Michelle Zancarini-Fournel, Université de Lyon.



Hommage à Stanley Hoffmann

Stanley_Hoffmann_-_sciencespo_-_harvardStanley Hoffmann nous a quittés ….

Stanley Hoffmann, le plus français des politologues américains vient de nous quitter à l’âge de 86 ans sur la terre qui l’avait accueillie dès 1951 comme visiting student puis comme jeune enseignant peu après. Né à Vienne, émigré à Paris, il dut quitter précipitamment la capitale en 1940 deux jours avant l’entrée des armées nazies  qui l’avaient déjà contraint à fuir l’Autriche.

C’est cette force du destin qui le porta à s’intéresser à la politique et aux relations internationales dès 1945 en entrant à l’Institut d’Études Politiques dont il fut l’un des plus brillants étudiants. Comme il l’écrit lui-même dans un texte autobiographique en 1993, « It wasn’t I who chose to study world politics. World politics forced themselves on me at a very early stage ». Toutefois cette passion pour les affaires du monde qu’il développa sa vie durant à Harvard ne lui fit jamais oublier son intérêt pour la vie politique française dont il était, à distance ou sur le terrain, l’un des observateurs les plus avertis, les plus fins et les mieux informés. Dès 1956, il produisit l’une des rares études sur un soubresaut politique inédit, le « Mouvement Poujade ». Mais surtout, il fut fasciné par De Gaulle, partageant avec lui la conviction que l’État-Nation demeure l’acteur fondamental et résilient des relations internationales. Cela le portait à un certain scepticisme à l’égard de la capacité de l’Union Européenne à s’ériger comme acteur plein et substitut possible des Etats dans le domaine des relations internationales. Son admiration –critique - pour de Gaulle et son expérience étudiante , puis professorale avec des hommes tels que Brejinsky, Huntington ou encore Henry Kissinger expliquent sans doute sa conviction que personnalités et leaders peuvent jouer et jouent un rôle éminent en politique. Avec Kissinger, il fut le créateur et l’animateur, l’âme devrait-on plutôt dire  du Center for European Studies de Harvard, un lieu d’accueil de discussion, de débats  où passèrent des milliers de jeunes européens avides de formation, d’Américains  à qui il insufflait la passion de la France, de l’Europe et du monde. Passer par le CES était le « must » de ce dernier demi-siècle pour les jeunes et moins jeunes générations.

Le Center lui permettait de conjuguer ses intérêts pour les relations internationales, pour l’Europe dont il était la meilleure expression et pour la France à qui il portait une affection jamais démentie mais toujours raisonnée et surtout pas aveugle. Mieux que quiconque il savait apprécier les atouts, les forces et les vertus de son pays d’accueil. Mais cet amour lui permettait  d’en déceler les faiblesses, les lâchetés et lescrimes. Il pouvait d’autant mieux dire son fait à la France qu’il ne lui était pas « étranger ».

Ceux qui l’ont connu conserveront le précieux héritage intellectuel qu’il nous a laissé : des outils pour mieux comprendre le monde tel qu’il est. Jusqu’à la fin de sa vie il n’a cessé de s’interroger et d’analyser les phénomènes nouveaux liés à la globalisation : terrorisme, « failed States », réseaux trans-frontières etc… Ils conserveront aussi le souvenir de cet homme souriant et ironique, de cet œil pétillant et gentiment moqueur, de son incroyable humour où confluaient les héritages cosmopolites viennois, juif, français et anglo-saxon. Lui qui connaissait tout de l’état du monde se refusa toujours d’en devenir un acteur. Lui qui était un maître se refusa toujours d’être un « maître à penser », un qualificatif contraire à sa vérité et à sa façon d’être la plus profonde et un état d’esprit qui lui répugnait. Un jour, au Center for European Studies, lors d’un colloque franco-américain, il eut cette phrase merveilleuse : «  In the United States, we don’t have intellectuals. We only have academics…. » Dans la substance comme dans la forme, tout est dit. C’était cela l’art et la manière de Stanley Hoffmann.


Yves Mény


Photo: Stanley Hoffmann

Crédits Kris Snibbe/Harvard Staff Photographer, Harvard University


Appels à propositions

THESEUS PhD Workshop 2016, Recovering from the crisis? The uncertain state of the EU, Sciences Po, Paris, 21-22 January 2016


Submission of abstracts: November 15, 2015 
Decision on applications: November 30, 2015 
Publication of the programme: January 4, 2016 
Submission of papers: January 4, 2016

The conference will be hosted by the Centre d’études européennes

The complete call is here


Strengthening Parliaments through Institutional Engineering, Paris, 3 - 4 December 2015

Location: Sciences Po, Paris

Conveners: Selma Bendjaballah, Olivier Rozenberg, Sciences Po, CEE &  Guillaume Tusseau, Sciences Po, école de droit

Proposals to be sent before October 15th 2015 to Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Part of the costs are covered for PADEMIA institutions members


PADEMIA, Sciences Po, LIEPP (Laboratory for Interdisciplinary Evaluation of Public Policies), Sciences Po, Centre d’études européennes

The complete call is here

SGEU- ECPR 8th Pan-European Conference on the European Union

The Union’s Institutional and Constitutional Transformations: Stress or Adaptation?, University of Trento, 16-18 June 2016

Key dates and deadlines

15 Aug 2015: Panel and Paper Proposal submission opens

14 Oct 2015: Deadline for Panel and Paper Proposals

05 Jan 2016: Registration opens

29 Feb 2016: Deadline for registration

01 Jun 2016: Papers can be uploaded

15 Jun 2016: Deadline for uploading Papers

More informations here


Interview de Thomas Piketty


L'économiste star Thomas Piketty était invité de la 22ème Conférence Internationale des Européanistes, que Sciences Po accueillait du 8 au 10 juillet 2015. L'occasion pour l'auteur du best-seller Le Capital au XXIème siècle de revenir sur les institutions européennes et sur la crise grecque. Interview (ci-dessus).

La 22ème Conférence Internationale des Européanistes, organisée par le Council for European Studies, se tenait pour la première fois à Sciences Po. Elle a rassemblé 1500 experts en sciences sociales sur le thème "Contradictions : envisager les futurs européens" (programme détaillé - eng.).

Voir l'interview


Vidéo de la conférence POLITEIA : La démocratie participative est-elle un conte de fées ?

7 mars 2015 :

Voilà plusieurs années déjà que des voix s’élèvent pour réclamer une plus grande participation des citoyens au sein du système politique. Les avatars de cette revendication sont nombreux : organisation de jury citoyens, tirage au sort des représentants, association des habitants au vote des budgets municipaux…
Mais cette belle démocratie participative apporte également son lot de difficultés. Comment inciter tous les citoyens à se sentir concernés ? Comment s’assurer de la compétence des décideurs et de la qualité des décisions ? Et surtout, comment associer plusieurs millions d’individus à l’élaboration de la législation ? La démocratie participative est-elle possible ? Au delà, est-elle souhaitable ?

Intervenant :
Clément Viktorovitch, docteur en science politique, chercheur au Laboratoire Communication et Politique (CNRS), directeur de Politeia.

Cliquer sur l'image pour voir la vidéo






Retour à la page d'accueil Vers le portail de Sciences Po

pvp tanıtım sitesi pvp serverler metin2 pvp serverler pvp mt2

metin2 pvp serverler pvp metin2 metin2